Prenez RDV
Lancez-vous
Atelier en ligne offert

Comment nos clients décuplent leur patrimoine grâce aux crypto-actifs

Sans risque excessif Sans connaissances techniques Sans y passer des heures
Sylvain March fondateur de Stradoji
Présenté par Sylvain March - Fondateur de
Sylvain March le fondateur de Stradoji

90 Minutes de contenu exclusif (pas de rediffusion)

Découvrez comment superformer les marchés traditionnels

LE plan d'investissement sur-mesure que vous pouvez adapter à vos besoins

Ce Dimanche à 11h00 !
Votre inscription est presque finalisée
Atelier en ligne offert

Découvrez comment générer des revenus passifs grâce aux crypto-actifs

Entrez simplement votre email et accédez à notre atelier exclusif du Dimanche 10 Mars à 11h00.
Vos informations sont 100% sécurisés
Ce Dimanche à 11h00 !
Découvrez la puissance de Stradoji Premium

Hello ! Nous avons remarqué que tu es inscris sans être abonné...
Tu loupes 95% de la puissance de notre plateforme. Dans ce webinar tu vas découvrir :

Condition d’accès à
Stradoji Premium
Sylvain t’expliquera comment accéder à notre nouvelle offre premium et quel plan prendre en fonction de ta situation
Comment l’offre Premium
va changer ta vie
L'investissement est une jungle impitoyable ou il est très facile de se perdre. Nous allons te donner la carte pour avancer dans ce monde
Comment rendre ta
nouvelle vie pérenne
Sylvain t’expliquera comment, après ton changement de vie, tu peux faire en sorte que ça dure dans le temps
Félicitations, tu es inscrit pour notre Atelier
de présentation de l’offre Stradoji Premium

Atelier présentation
Stradoji Premium

Par sylvain March - Fondateur de Stradoji
30 Avril à 12h00
90 min
Erreur lors de votre inscription à l'atelier.
Attention : Pour ne pas oublier le jour de la présentation
DEVENEZ MEMBRE GRATUITEMENT

Accédez en illimité à tout l'écosystème EnBourse :

En plus de votre inscription,
Recevez gratuitement :
Formation d'initiation au trading
(d'une valeur de 450€)
Le journal de trading pour gérer vos portefeuilles
Graphiques de cotation en temps réel Crypto & Actions

Crise des Subprimes

Crise des subprimes
Mis à jour le 10 Juin. 2023 à 13h25

En septembre 2008, la banque américaine Lehman Brothers fait faillite, plombée par des crédits immobiliers hypothécaires, les « subprimes », destinés aux ménages américains modestes.
Les bourses mondiales plongent, le monde entier entre dans une grave crise économique dite de la « Grande Récession », comparée à la grande dépression de 1929.

Les séquelles de cette crise des subprimes se font encore sentir aujourd’hui, de nombreux pays n’ayant toujours pas retrouvé leur niveau de richesse d’avant la crise.

Sommaire

Aux origines de la crise : qu’est-ce que les subprimes ?

Pour répondre à la promesse de Bill Clinton de faire des États-Unis un pays de propriétaire, les « subprimes » ont largement été popularisés à partir des années 2000.

Alors que les emprunteurs traditionnels sont dits « prime » en raison des garanties qu’ils apportent, les ménages modestes ou précaires, peu solvables, sont eux appelés « subprime » car ils ne remplissent pas les conditions pour souscrire un emprunt immobilier classique.

Les emprunts qu’ils contractent sont gagés sur la valeur de leur bien immobilier (une hypothèque), qu’ils espèrent voir grimper.

Les crédits des « subprime » sont donc un mécanisme financier qui donne un accès facilité au crédit, asservi d’une surprime liée au risque.. Leurs taux d'intérêt sont fixes à la souscription, et deviennent variables au bout de deux ans.

Dans un contexte de taux très bas et de liquidités abondantes, l’engouement pour ces « subprimes » est réel : ils représentent 13% des prêts immobiliers en 2007 contre 2,4% en 1998.

La Titrisation des subprimes

Afin d’augmenter leur rendement, les banques se livrent à ce qu’on appelle la « titrisation » des dettes subprimes.

Ces dernières sont transformées en titres, sorte d’obligations, qui sont ensuite intégrées dans des produits financiers.
Ces nouveaux instruments financiers sont considérés comme « fiables » par les agences de notation, dont le rôle est de mesurer le risque liés au remboursement des dettes. Un AAA – la meilleure note, leur est même décerné.

Mais en 2006 et 2007, la Réserve fédérale américaine (FED) augmente fortement ses taux directeurs.
Les ménages peu solvables qui avaient contracté des crédits « subprimes » à taux variable voient leurs mensualités croître de façon exponentielle et leur dette s’alourdir.

Incapables d’honorer leurs engagements, ils n’ont d’autre choix que de mettre en vente leur maison pour rembourser leur dette.
De très nombreux ménages se retrouvant dans la même situation ; la pléthore de biens immobiliers entraîne une crise et un effondrement des prix.
Devant l’impossibilité de rembourser leurs dettes, les saisies et des faillites en cascade se multiplient.

De la crise immobilière américaine à la récession de la zone euro

Et par voie de conséquence, les instruments financiers basés sur les titres de subprimes, affublés de la note AAA, se retrouvent sans valeur. Les banques subissent de plein fouet la dévalorisation des actifs adossés à ces prêts immobiliers et sont dans l’obligation d’intégrer ces pertes potentielles à leurs bilans. Les fonds propres des banques se réduisent dangeureusement.

Et parallèlement, à cette période, les stratégies des banques centrales en Europe et aux États-Unis s’opposent. La BCE remonte fortement ses taux, alors que la FED les baisse pour stopper l’hémorragie de la crise immobilière, bancaire et sociale.
Par conséquent, le dollar dégringole alors que l’euro s’apprécie.
Face à la faiblesse du dollar (1€ pour 1,60 $) et en raison des incertitudes régnant sur les marchés boursiers, les investisseurs se replient vers d’autres valeurs « refuges » : l’or et l’ensemble des matières premières, dont le pétrole qui voit ses cours s’envoler à plus de 150$ le baril.

Tous ces événements cassent la croissance, et entraînent la zone euro dans une récession dès le 2ème trimestre 2008.

Faillite de Lehman Brothers & crise financière

Le pire reste à venir. En septembre 2008, la faillite de la quatrième banque d’affaires américaine, Lehman Brothers, championne des produits subprimes devenus toxiques, va provoquer une panique généralisée du monde de la finance.

Les banques restreignent l’accès au crédit, ce qui se répercute sur l’économie réelle : les ménages réduisent leur consommation et les entreprises ont plus de difficultés à investir. Le chômage augmente…
La crise financière se transforme en crise économique et sociale. Les risques d’effondrement du système financier mondial, appelé faillite « systémique » sont de plus en plus prégnants.

Les marchés boursiers s’écroulent. Le 9 mars 2009, les principaux indices boursiers touchent des plus bas : le Dow Jones (~6300 points) et le CAC 40 (~2500 points) ont perdu en 18 mois près de 55% de leur valeur respective.

Graphique du CAC 40 :

Grahique du CAC 40 montrant la chute des cours durant la récession de 2008
Grahique du CAC 40 montrant la chute des cours durant la récession de 2008.

Pour permettre à l’économie mondiale de se reprendre, les États lancent dès la mi-2009, un large plan de relance budgétaire de plus de 5 000 milliards de dollars à l’échelle de la planète (politique du Quantitative easing) :
Et parallèlement :

  • les dirigeants décident d’abaisser fortement les taux directeurs des banques centrales ;
  • alors que les politiques prêtent massivement aux établissements bancaires pour leur éviter la faillite.

Crise des « subprimes » : une contagion mondiale !

La majorité des pays ont finalement été affectés par la crise américaine issue des crédits toxiques.
Pourtant, seuls des ménages américains avaient contracté des prêts immobiliers « subprimes » octroyés par des établissements bancaires principalement américains.

Mais par le biais de la titrisation, les subprimes n’étaient pas seulement détenus par des établissements financiers américains. Les banques européennes ont notamment investi dans ces placements notés AAA.

Á titre d’exemple, en France, la BNP Paribas a annoncé en août 2008 avoir gelé trois fonds composés de titres adossés aux subprimes, pour un montant de 2 milliards d’euros.

Quelles conséquences de la crise des « subprimes » ?

  • Échaudés par la crise des subprimes, les États ont durci les règles de la finance mondiale.
    Les ratios de fonds propres exigés au sein des banques ont été renforcés, de même que les moyens alloués aux autorités de supervision.
    Par voie de conséquence, les banques se sont plutôt désendettées.
  • La démesure de moyens et l’utilisation sans relâche de la planche à billets a permis à la croissance mondiale de redémarrer dès la fin 2009. Mais elle a donné naissance à une nouvelle crise : celle de la dette publique.
    En effet, les États, en injectant massivement des liquidités, ont fortement accru leur taux d’endettement.
    Ainsi, entre 2007 et 2014, la dette publique mondiale a augmenté annuellement de 9,7% par an, contre 5,8% avant la crise, selon le cabinet McKinsey.
  • Clemence CL
    - Rédactrice financière
    Historienne de formation, et férue d'économie et de géopolitique, j'ai intégré la Communauté d'EnBourse en 2017. Grâce aux formations et à l'accompagnement des coachs de la première édition d'Elite, je me suis lancée véritablement dans le trading. Adepte du swing trading, j'apprécie particulièrement le marché des matières premières et des indices, mais n'hésite pas à saisir les opportunités du marché actions et des cryptos !
    Hashtags :
    Commentaires
    COMMENTAIRES
    Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous