Découvrez la puissance de Stradoji Premium

Hello ! Nous avons remarqué que tu es inscris sans être abonné...
Tu loupes 95% de la puissance de notre plateforme. Dans ce webinar tu vas découvrir :

Condition d’accès à
Stradoji Premium
Sylvain t’expliquera comment accéder à notre nouvelle offre premium et quel plan prendre en fonction de ta situation
Comment l’offre Premium
va changer ta vie
L'investissement est une jungle impitoyable ou il est très facile de se perdre. Nous allons te donner la carte pour avancer dans ce monde
Comment rendre ta
nouvelle vie pérenne
Sylvain t’expliquera comment, après ton changement de vie, tu peux faire en sorte que ça dure dans le temps
Félicitations, tu es inscrit pour notre Atelier
de présentation de l’offre Stradoji Premium
Atelier présentation
Stradoji Premium
Par sylvain March - Fondateur de Stradoji
30 Avril à 12h00
90 min
Erreur lors de votre inscription à l'atelier.
Réservez une démonstration offerte
de la solution Stradoji
Un spécialiste vous préparera un plan d'investissement personnalisé offert ( Durée : 30-45 min )
Remplissez vos coordonnées pour être recontacté rapidement :
Informations 100% sécurisées
Atelier en ligne offert
Comment nos clients décuplent leur patrimoine grâce aux crypto-actifs
Sans risque excessif Sans connaissances techniques Sans y passer des heures
Sylvain March fondateur de Stradoji
Présenté par Sylvain March - Fondateur de
Sylvain March le fondateur de Stradoji

90 Minutes de contenu exclusif (pas de rediffusion)

Découvrez comment superformer les marchés traditionnels

LE plan d'investissement sur-mesure que vous pouvez adapter à vos besoins

Ce Dimanche à 11h00 !
Votre inscription est presque finalisée
Atelier en ligne offert
Découvrez comment générer des revenus passifs grâce aux crypto-actifs
Entrez simplement votre email et accédez à notre atelier exclusif du Dimanche 30 Juin à 11h00.
Vos informations sont 100% sécurisés
Ce Dimanche à 11h00 !
Accédez en illimité à tous les articles

En plus de votre inscription gratuite, recevez également :

Le plan d’investissement adaptable qui a permis à nos clients de réaliser en moyenne +120% de plus-values en 2023.

(d’une valeur de 250€)

Récession économique 2020 : Tirer profit de certains actifs financiers 2/3

Panonceau de donfinement
Mis à jour le 06 Juin. 2023 à 20h51

Dans la deuxième partie de cette série de trois articles portant sur le tour d’horizon de l’impact de la crise sur l’économie mondiale, Stradoji décrypte l’actualité et vous donne les clés pour mieux appréhender le comportement des instruments financiers dans ce contexte si particulier.

Une tendance inflationniste se dessine…

Le débat sur l’inflation refait surface.

Une augmentation des prix alimentaires est actuellement provoquée par la dislocation de l’offre et des chaînes d’approvisionnement.

Ainsi, la chute des exportations en provenance des pays étrangers, qui sécurisent leur consommation intérieure en préservant leurs stocks, entraîne mécaniquement une hausse des prix, notamment des produits locaux.

Par ailleurs, les coûts induits par la crise sanitaire, dans le cadre de la reprise des activités après la période de confinement, vont peser sur les entreprises.

Les achats d’équipements de protection, les frais de mise en œuvre des procédures de distanciation sociale… Tout cela a un coût.

…Pourtant, la tendance déflationniste de nos économies s’accélère

La déflation est générée par une baisse du prix des actifs qui en général décime toute activité d’investissement sur le court terme.

Les prix de l’énergie, particulièrement l’essence et le fioul, mais aussi le gaz, ont fortement baissé.

Cette diminution forte des prix vient compenser les dérives des prix alimentaires observées.

Une période déflationniste est également marquée par une hausse du chômage.

Dans la mesure où les pays créent moins de richesse, la récession va provoquer une vague de faillites, augmentant ainsi les licenciements.

L’augmentation massive du chômage aux États-Unis est un cas pratique édifiant : en quelques semaines seulement, le taux est passé du plein emploi (3,5%) à un taux jamais revu depuis les années 1950 (14,7%).

En France, les enquêtes sur le moral des investisseurs de l’INSEE d’avril 2020, notamment après la phase de soutien prodiguée par l’État dans le cadre du chômage partiel, anticipent une vague massive de licenciement.

Gaphique avril 2020 de l'INSEE présentant le climat des affaires en France
En avril 2020, le climat des affaires perd plus de 30 points, en lien avec le confinement d’une grande partie de la population. Il s’agit de la plus forte baisse enregistrée sur un mois depuis que la série existe (1980). L’indicateur qui synthétise ce climat, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité marchands, atteint 62 : ce niveau est le plus bas depuis le début de la série ; le précédent niveau plancher était de 69 et avait été atteint en mars 2009 – Source INSEE

Les entreprises ayant résisté ou ayant été soutenues au niveau national (aides publiques d’État en France), restent dans l’incertitude concernant la dynamique de la reprise post-confinement.

On voit mal dans ces circonstances comment les salaires ne pourraient pas stagner, voire baisser.

La baisse du pouvoir d’achat, corrélée à un fort taux d’endettement, entraînera une destruction de la demande.

Les prévisions sont d’ailleurs assez alarmistes en ce qui concerne la création de richesse des États, nous l’avons vu dans le premier article de ce dossier !

Les limites du « quantitative easing »

Les politiques expansives des grands argentiers (FED, BCE, Banque d’Angleterre), via le « quantitative easing », cherchent à soutenir et à relancer l’économie.

En période de récession, les liquidités injectées n’ont pas d’utilité économique.

Elles vont s’accumuler dans des placements et investissements financiers.

Et ainsi provoquer une hausse tendancielle de la valeur de certains actifs, mais de façon déconnectée de l’économie réelle.

Autrement dit, la planche à billets, et le déversement de liquidités permettent le rachat d’actifs et de dettes des États, mais ne donnent pas la possibilité aux agents économiques, tels que les ménages et les entreprises, d’investir efficacement dans l’économie réelle pour relancer la croissance. Ils préfèrent rembourser leurs dettes et épargner massivement.

Garder en tête un postulat simple : préserver avant tout son capital (puis réfléchir à la diversification)

Dans le cas d’un investissement, le plus important est de comprendre le comportement des actifs en fonction du contexte économique.

La déflation est une période caractérisée par une baisse des prix, des taux d’intérêt très bas, une absence de croissance économique, voire une récession.

Il s’agit d’une tendance durant laquelle il se produit une destruction de valeur par la baisse des prix.

Avant même la valorisation de son capital, l’épargnant devra avoir pour leitmotiv sa protection absolue !

Ainsi, faute d’opportunités ou en raison d’une situation économique anxiogène, ne pas investir peut constituer une véritable stratégie d’investissement.
L’épargnant pourra alors privilégier l’épargne, répartie sur plusieurs comptes bancaires, afin de sécuriser au mieux sa trésorerie.

LA « valeur refuge » !

Il existe certains actifs financiers, qui, en raison de leur statut de « valeur refuge » permettent de surmonter les crises avec une certaine confiance.

Bien entendu, l’or est L’instrument par excellence !

Le métal jaune dispose d’un historique qui justifie la confiance que les investisseurs et les épargnants mettent en lui.

Au plus fort des crises, le cours résiste, et le prix avance dans une dynamique haussière depuis de nombreuses années.

Analyse graphique de l'OR depuis le 1er janvier 2020
Analyse graphique de l’OR depuis le 1er janvier 2020. Le cours affiche un gain de plus de 12% depuis le 1er janvier 2020 et atteint un plus haut à 1 748 US$ l’once le 14 avril dernier

Son prix n’a fondu que de 12% au plus fort de la crise du Covid 19, en raison du besoin de liquidité des investisseurs.

De leurs côtés, les indices perdaient entre 20 et 30% de leurs valeurs.

Depuis, son cours s’est fortement redressé pour atteindre récemment un plus haut de 1 748 US$ l’once.

Son gain depuis le 1er janvier est de plus de 12%.

Clemence CL
- Rédactrice financière
Historienne de formation, et férue d'économie et de géopolitique, j'ai intégré la Communauté d'EnBourse en 2017. Grâce aux formations et à l'accompagnement des coachs de la première édition d'Elite, je me suis lancée véritablement dans le trading. Adepte du swing trading, j'apprécie particulièrement le marché des matières premières et des indices, mais n'hésite pas à saisir les opportunités du marché actions et des cryptos !
Commentaires
3 COMMENTAIRES
Trier par :
Trier par :
newest oldest most voted
Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
Edd
19 mai 2020 05:40

Salut Clémence, intéressant tes articles, c’est pas pour polémiquer loin de la mais juste pour dire et rectifier que tout de même ce n’est pas tout à fait comme ceci que ça se passe tout du moins en Am. du Sud,  »concernant les pays étrangers qui sécurisent leur consommation intérieure en préservant leurs stocks », c’est peut être le cas en Russie avec le blé mais ce n’est absolument pas le cas au Bresil et Paraguay ou je réside, le Brésil premier exportateur mondial de viande bovine et de volaille à vu ces exportations en net progression par rapport au 1er trim de l’année précédente et mois d’avril tous les abattoirs sont en pleine production en ce moment, c’est la même chose pour le soja premier exportateur mondial les exportations n’ont pas été impactées par le covid, au contraire propulsé par une importante dévalorisation du Real Brésilien qui favorise les exportations.