Prenez RDV
Lancez-vous
Atelier en ligne offert

Comment nos clients décuplent leur patrimoine grâce aux crypto-actifs

Sans risque excessif Sans connaissances techniques Sans y passer des heures
Sylvain March fondateur de Stradoji
Présenté par Sylvain March - Fondateur de
Sylvain March le fondateur de Stradoji

90 Minutes de contenu exclusif (pas de rediffusion)

Découvrez comment superformer les marchés traditionnels

LE plan d'investissement sur-mesure que vous pouvez adapter à vos besoins

Ce Dimanche à 11h00 !
Votre inscription est presque finalisée
Atelier en ligne offert

Découvrez comment générer des revenus passifs grâce aux crypto-actifs

Entrez simplement votre email et accédez à notre atelier exclusif du Dimanche 10 Mars à 11h00.
Vos informations sont 100% sécurisés
Ce Dimanche à 11h00 !
Découvrez la puissance de Stradoji Premium

Hello ! Nous avons remarqué que tu es inscris sans être abonné...
Tu loupes 95% de la puissance de notre plateforme. Dans ce webinar tu vas découvrir :

Condition d’accès à
Stradoji Premium
Sylvain t’expliquera comment accéder à notre nouvelle offre premium et quel plan prendre en fonction de ta situation
Comment l’offre Premium
va changer ta vie
L'investissement est une jungle impitoyable ou il est très facile de se perdre. Nous allons te donner la carte pour avancer dans ce monde
Comment rendre ta
nouvelle vie pérenne
Sylvain t’expliquera comment, après ton changement de vie, tu peux faire en sorte que ça dure dans le temps
Félicitations, tu es inscrit pour notre Atelier
de présentation de l’offre Stradoji Premium

Atelier présentation
Stradoji Premium

Par sylvain March - Fondateur de Stradoji
30 Avril à 12h00
90 min
Erreur lors de votre inscription à l'atelier.
Attention : Pour ne pas oublier le jour de la présentation
DEVENEZ MEMBRE GRATUITEMENT

Accédez en illimité à tout l'écosystème EnBourse :

En plus de votre inscription,
Recevez gratuitement :
Formation d'initiation au trading
(d'une valeur de 450€)
Le journal de trading pour gérer vos portefeuilles
Graphiques de cotation en temps réel Crypto & Actions

Amazon prolonge la fermeture de ses dépôts en France jusqu'au 22 avril 2020

Amazon : Logo du géant américain de commerce en ligne crée par Jeff Bezos
Mis à jour le 06 Juin. 2023 à 20h51

En pleine crise de propagation du coronavirus, le géant américain du commerce en ligne doit faire face aux questions liées aux conditions de travail de ses salariés dans ses entrepôts, au regard des mesures de protection à mettre en place.

Stradoji revient sur la pression judiciaire qui s’exerce sur le groupe et sur les conditions de reprise de son activité…

La question de la sécurité sanitaire des salariés

L’entreprise américaine de e-commerce, basée à Seattle, emploie 10 000 personnes en France, et dispose de six entrepôts de logistique et de distribution répartis sur le territoire.

Ces centres permettent le stockage des produits qui sont ensuite réceptionnés, emballés et expédiés par les employés…

Dans un contexte sanitaire tendu par la pandémie du coronavirus, une bataille juridique s’est ouverte entre l’entreprise, et le premier syndicat de l’entreprise, SUD – Union syndicale et Solidaire, porte-drapeau de la sécurité sanitaire optimale des salariés.

Dès le début de la mise en place du confinement, et alors que les commandes explosent, les syndicats ont fait état de manquements en matière d’observance des barrières sanitaires, et de distances sociales.

L’inquiétude des salariés aurait fait bondir leur taux d’absentéisme, estimé de 40 à 60% selon les sites de logistique du groupe.

Quant à l’inspection du travail, elle a adressé 5 mises en demeure à l’encontre du géant américain depuis le début de la pandémie, dont deux soumises à de nouveaux contrôles.

Rendre prioritaires certaines commandes !

L’activité d’Amazon, déjà particulièrement florissante, n’a cessé de croître avec la fermeture des commerces dits « non essentiels », et le confinement des populations.

Des commandes toujours plus nombreuses, qui obligent le groupe à prendre certaines dispositions pour prioriser les livraisons appelées « essentielles ».

Ainsi, le 21 mars dernier, le groupe prévient ses vendeurs tiers qu’il n’acceptera plus des commandes sur des produits moins essentiels – livres, jeux vidéos…

Amazon annonce recentrer ses commandes aux secteurs de l’alimentaire, de l’hygiène (puériculture) et de la santé, soit environ 10% de son catalogue.

Retour sur l’affaire juridique

Mais cette initiative semble ne pas avoir été suivie d’effet dans les centres logistiques en France, selon SUD-Solidaire.

Et la bataille juridique que se livrent le syndicat et Amazon France a pour conséquence de contraindre l’entreprise américaine crée pars Jeff Bezos à sérieusement ralentir ses activités.

En effet, le 14 avril dernier, le tribunal judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine) a pris la décision de contraindre Amazon à limiter ses livraisons aux produits, dits de première nécessité : alimentation hygiène, santé.

En cas de manquement à ces restrictions, Amazon France s’expose à une amende d’un million d’euros par jour de retard, et par infraction constatée.

Dans ces conditions, alors que le jugement précise qu’Amazon France a « de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés », le groupe a annoncé le 15 avril suspendre temporairement l’activité de ses six centres de distribution en France, jusqu’au 22 avril au moins (le 20 avril était annoncé initialement).

Communiqué de presse du groupe américain Amazon France commentant la décision du tribunal de Nanterre du 14 avril 2020
Communiqué de presse du groupe Amazon France suite à la décision du tribunal de Nanterre de restreindre les activités du groupe aux produits dits « essentiels » : alimentation, hygiène, santé-médical

Une période d’arrêt temporaire nécessaire selon le groupe, pour porter l’affaire en appel (la Cour d’appel de Versailles rendra son jugement le 21 avril), désinfecter ses sites et à évaluer les conditions de sécurité pour ses salariés dans ses entrepôts.

Sécurité sanitaire : un enjeu pour poursuivre l’activité, mais pas que…

Aux Etats-Unis, l’inquiétude se manifeste chez les salariés, qui organisent des manifestations et des grèves (New York) pour protester contre le maintien du travail dans des conditions sanitaires jugées insuffisantes.

Si Amazon France a confirmé que les employés des sites de distribution, toucheraient bien leur salaire à 100% durant cette période d’arrêt temporaire, les salariés du site de Lauwin-Planque dans le nord ont lancé une pétition.

Recueillant près de 15 000 signatures, elle appelle à la reprise des activités, et semble confirmer que les mesures de prévention du Coronavirus mises en place par le groupe, si elles méritent d’être renforcées, étaient en tous les cas concrètes.

Pétition des salariés d'Amazon France lancée le 15 avril 2020 qui a recueilli 15 000 signatures
Pétition des salariés d’Amazon France lancée sur le site de distribution de Lauwin-Planque dans le nord, en faveur de la reprise des activités de l’entreprise après les restrictions intimées par le tribunal de Nanterre le 14 avril 2020

Mais la fermeture des sites de distribution ne signifie pas pour autant l’arrêt des livraisons du groupe en France.

Amazon peut compter sur plus de 10 000 entreprises partenaires, appelées « vendeurs tiers », qui pour certains, disposent de leurs propres stocks et procèdent à l’envoi des commandes.

Par ailleurs, Amazon peut également compter sur les plateformes européennes (Allemagne notamment), qui livrent d’ores et déjà l’hexagone.

Eva
- Equipe Stradoji
Membre de l'équipe EnBourse depuis 2013, j'ai eu le privilège de voir le site (et l'équipe !) grandir au fil des années. Première rédactrice à l'époque, j'ai aujourd'hui plusieurs "casquettes". Parmi celles-ci, accueillir les nouveaux venus sur le chat et en mail, afin de les guider dans leur parcours d'apprentissage. Niveau trading, mes types d'actifs préférés sont les CFD sur actions et les cryptos (en swing).
Commentaires
2 COMMENTAIRES
Trier par :
Trier par :
newest oldest most voted
Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
Pitoph
21 avril 2020 09:45

Bonjour Clémence,
Finalement, tu nous conseilles quoi ?
Merci d’avance pour ta réponse
Bonne journée !
Jean Christophe

Bonjour Jean-Christophe.
Merci pour ton message. je ne suis pas sûre de bien comprendre ta question.
Si c’est une demande de conseil pour une prise de position, j’aurais tendance à dire qu’il a été possible d’acheter la valeur lors du reflux général des marchés fin février début mars. Là, le cours atteint ses plus hauts historiques !
Quant à la reprise des activités, on en saura plus avec l’appel à la cour de Versailles… Mais il faudra sûrement que les conditions liées à la sécurité des salariés soient absolument garanties…
A bientôt
Clémence